Le masque et la mort

June 5, 2017

 

Si tu es chrétien, crois au Christ ; si tu crois au Christ, montre-moi ta foi par tes actes. Comment montrer ta foi par tes actes ? En méprisant la mort.

Si vous me permettez, n’est-il pas à propos que je vous dise aujourd’hui : Frères, ne soyez pas des enfants par le jugement, mais des petits enfants par la malice (1,Co 14,20) ?

C’est pour nous une crainte d’enfants que d’avoir peur de la mort, sans avoir peur du péché. En effet, les petits enfants ont peur des masques, mais n’ont pas peur du feu ; si on les approche de la flamme d’une lampe, sans réfléchir ils tendent la main vers la lampe et sa flamme. Ils frémissent à la vue d’un vulgaire masque, mais ils n’ont pas peur du feu, qui est pourtant vraiment à craindre. 

Nous aussi, nous avons peur de la mort, qui est un vulgaire masque, mais nous n’avons pas peur du péché, qui est pourtant vraiment à craindre et qui, à la manière du feu, dévore la conscience. Cela d’ordinaire nous arrive non par la nature des faits, mais par l’ignorance.

Si nous considérons ce qu’est la mort, nous n’en aurons plus jamais peur.

Qu’est-ce donc que la mort ? C’est se défaire d’un vêtement. Comme un vêtement, en effet, le corps entoure l’âme ; pour un temps enlevé au dernier soupir, il nous sera rendu plus éclatant. Qu’est-ce donc que la mort ? Un voyage momentané.

 

 

St Jean Chrysostome.

Surnommé le « docteur de l’eucharistie », saint Jean Chrysostome († 407), « Bouche d’or », archevêque de Constantinople, a laissé son nom à une liturgie de la messe, pratiquée encore aujourd’hui par des millions d’Orientaux.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

RECENT POST
Please reload