top of page

Le dernier espoir

L’accélération de l’enchainement de divers éléments est-elle le résultat d’une volonté ? Entre ces éléments, il est aisé de constater qu’il existe un dénominateur commun, qui en est peut-être également le but : la destruction. Dans nombre de domaines (éducation, famille, etc.). Mais au premier rang desquels, la connaissance, ou plutôt la volonté de connaissance de Dieu et de ses saintes Écritures. Notre société l’encourage et la promeut au travers des loisirs, de la « consommation », mais aussi des sujets d’inquiétude, savamment distillés à longueur de journée. La nature déchue de l’homme l’éloigne de Dieu. C’est son penchant naturel. Dieu le cherche mais l’homme se cache (Ge. 3. 9-10). Le Psaume 14, rappelé par Paul dans son épître aux Romains (3. 10-18) expose clairement que l’Homme fuit Dieu. Il n’est mû que par sa convoitise, au service de ses seuls intérêts, jamais ceux de l’Éternel, qu’il devrait glorifier. Cette convoitise conduit à la mort, par le funeste processus décrit par Jacques (1. 15).

Les signes de décadence et d’anéantissement qui, par le moyen des moyens de diffusion modernes, sont visibles par la quasi-totalité de l’humanité en temps réel, ne sont que l’illustration de ces vérités. « Ce qui a été, c’est ce qui sera et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil » a écrit l’Ecclésiaste (1. 9). L’homme refuse volontairement de reconnaitre l’autorité de l’Éternel, et de facto, en subit les effets. « Dieu se rit des hommes qui pleurent les effets des causes qu’ils chérissent » est une citation souvent attribuée à Bossuet. Peu importe son auteur. Elle capture un des traits les plus caractéristiques de l’Homme.

Dès lors, n’y aurait-il plus d’espoir ? L’Homme est-il définitivement condamné à errer loin de la Lumière, sans plus pouvoir se départir de son péché que le léopard des tâches de son pelage ?

Non.

Il existe un dernier espoir. Le dernier espoir. Il s’est incarné en Christ, mort ET ressuscité il y a deux millénaires. Fils de Dieu (Matthieu 3.17) et Dieu lui-même (Jean 1.1,14 ; 10.30 ; Philippiens 2. 5-6 ; Colossiens 2.9), Il est la lumière (Jean 8.12), la porte (Jean 10. 7-9), le chemin, la vérité et la vie (Jean 14. 6).  

Cette offre de vie éternelle en compagnie du Père, loin de toute souffrance, est accordée par grâce au moyen de la foi (Éphésiens 2.8), assurée à ceux qui se repentent  (Luc 13.3), qui confessent de leur bouche le Seigneur Jésus-Christ (Romains 10.9), écoutent sa parole et croient (Jean 5.24).

Comments


RECENT POST
bottom of page